29 Mai 2019, Sète, “L’office des Tampon” a ouvert c’est porte.
ExFormation performe avec Olivier Schlund et Sophie Scheifele.

Transgresser les limites délibérément, surpasser les limites sont indispensables. Il faut les repous- ser, les déplacer ou bien même les supprimer pour agrandir le champ de l’expression artis- tique. L’instrument du « pouvoir » que l’humain s’est attribué s’autorise de condamner les tabous. Il s’octroie la liberté de « cacher des choses » par la censure. Les médias et nos limites re ètent l’état d’esprit de la société dans son actualité. Aujourd’hui, les médias préfèrent faire sensation que de penser au sens des actions mêmes.

En testant la moral qui se cache derrière nos tabous et nos limites, nous les repensons. Montrer un tabou est une transgression, car l’on traite un tabou que la société ne veut pas voir. Les ar- tistes s’exposent aux condamnations et aux insultes tout en ressentant une libération. En mettant le doigt sur la plaie nous l’exposons pour en parler, pour en faire parler.

Le « monstre » est celui que l’on montre du doigt, capable de mettre du désordre dans l’ordre ou son contraire, tout comme l’Artiste. Il se trouve à l’écart de la norme d’une société, para- doxalement la frontière s’efface entre les monstres et les merveilles. Les animaux tout comme l’humain, une fois mort, deviennent un morceau d’archive, un souvenir historique, une pièce d’art, une étude comportementale d’un quotidien de l’ancien temps. La conscience de la mort existe mais s’énonce à voix base et se refuse.

La métamorphose de l’homme? Serait-elle un cochon ?
«Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme, mais déjà, il était impossible de distinguer l’un de l’autre. » George Orwell
Pourtant, tout le long de l’histoire, le cochon est rempli de controverse, soit sacrée soit interdit. L’on dit de lui qu’il serait un attribut du diable ou impur. Cependant d’après les statistiques,
il est l’animal le plus consommé au monde. Pourtant notre ressemblance est frappante, nos organes sont tellement identiques que des recherches poussées pensent faire des greffes d’or- ganes de cochon sur l’humain.
Les questions éthiques que relève ce propos sont notre ligne de mire. Nous chercherons à révéler les questions et voulons créer un univers intense, questionnant, séduisant malgré sa note macabre. Nous voulons rappeler la notion de liberté Artistique.